Presentation de Boiry-Becquerelle

Boiry_becquerelle_Storez_480_314Situé au sud d’Arras à 10 km de la Préfecture du Pas-de-Calais, sur la route de Bapaume, Boiry-Becquerelle est un bourg rural de 450 âmes environ.

ORIGINE ET HISTOIRE DU VILLAGE

Etymologiquement, Boiry tire son nom du vieux français « boverie » qui désigne un parc à bœufs et Becquerelle, du flamand « Becq » qui signifie ruisseau. L’existence des deux hameaux est attestée dès le Xème siècle. En 1239, Adam de Milly, seigneur de Boiry et bailly d’Arras rattache Becquerelle à Boiry et fonde la paroisse de Boiry-Becquerelle (A noter que le blason de notre village aujourd’hui est celui d’Adam de Milly dont la devise était : « fidelis sed anfelix » – fidèle mais malheureux).

Le comte Robert d’Artois achète le fief de Boiry-Becquerelle à Adam de Milly ; sa fille, Mahaut d’Artois en dote les dominicaines du couvent de La Thieuloye (à Arras) qui reçoivent le nom de Dames de Boiry-Becquerelle. Elles le resteront jusqu’en 1791.

Il va de soi qu’un village comme Boiry-Becquerelle n’a pu jouer qu’un humble et obscur rôle dans l’histoire de l’Artois et de la France. Mais, c’est durant la Révolution de 1789 que notre village va entrer dans l’histoire grâce à Charles Marie Payen. Né à Saint Léger en 1738, bailli de Boiry-Becquerelle, dès 1769, fermier lieutenant des Dames de La Thieuloye en 1782, il est élu député d’Arras (avec Robespierre) aux Etats Généraux le 20 avril 1789. C’est lui qui rédige les cahiers de doléances du Tiers Etat de Bapaume.

Mais, fidèle à la religion de ses pères, peu ouvert aux idées nouvelles, il va se désolidariser des révolutionnaires les plus radicaux, même s’il garde des liens avec Robespierre. Le 1er juin 1791, il rachète les terres des Dames de La Thieuloye vendues comme biens du Clergé.A Paris, il travaille au comité colonial et défend les interêts des colons esclavagistes de St Dominique. Après la séparation de la Constituante, il se retire à Boiry-Becquerelle le 30 septembre 1791. Elu maire de son  village, il le reste jusqu’en mai 1794, date de son arrestation. Arrêté sur l’ordre de Lebon, ancien curé de Neuville-Vitasse, devenu député de la Constituante, puis proconsul en Artois chargé de faire régner la Terreur (ce qu’il fit avec zèle), il est condamné à être guillotiné comme aristocrate, ennemi du Clergé, assermenté et hostile à la Révolution.

Sa mort digne et courageuse en fait le symbole des victimes injustes de la Terreur sanguinaire et lui confère une auréole de « martyr ». Tel fut le destin tragique de cet homme qui a marqué l’histoire de la Révolution dans notre région. Une plaque commémorative avec son éphigie se dresse devant l’église St Gervais et St Protais sur l’aire de jeux engazonnée qui porte désormais son nom. Elle a été érigée en juillet 1989.

En 1917, notre village est totalement rasé par les allemands et une carte postale de 1919 montre l’image d’une campagne et d’une route nues et désolées, accompagnée de cette terrible légende : « sur cet emplacement existait avant la guerre un village de 300 habitants ».

BOIRY-BECQUERELLE AUJOURD’HUI

C’est maintenant un agréable village fleuri et dynamique à moins de 7 minutes d’Arras. Son cadre et son environnement font l’objet de soins constants et l’animation qui y règne montre le dynamisme de ses habitants.Des clubs sportifs (Tennis de Table, Karaté,Tir,Gymnastique) y prospèrent dans le cadre de la Salle Polyvalente qui est avec l’église, la mairie et l’école, l’âme du village. Cette Salle offre d’ailleurs pour toutes les grandes manifestations sportives et familiales, communales et régionales (un Salon de la Gastronomie s’y tient au mois de novembre), un lieu accueillant et pratique.

Rasé en 1917, Boiry-Becquerelle n’offre pas de monument historique, mais son aire de jeux engazonnée, sa mairie fleurie, ses imposantes fermes des années 1930, ses chapelles dédiées à Notre Dame de la Pitié et à Notre Dame de la Délivrance récemment rénovées méritent le détour, d’autant plus qu’il est possible de se restaurer sur la nationale. A noter aussi que l’Eglise du village reconstruite en 1933, est placée depuis près de huit siècles sous le patronnage de St Gervais et de St Protais que l’on fête le 19 juin. Deux statues anciennes de ces deux saints ont longtemps figuré dans les niches de l’entrée de notre église. Elles sont censées être en cours de restauration depuis plus de cinq ans. (la ducasse ou dédicace au St Patron de la paroisse s’est toujours déroulée à Boiry-Becquerelle le dimanche le plus proche du 19 juin.

Luc Santi,  L Plet